Bonne année 2016 !



Le vent m' a porté ailleurs cette année; un vent doux et tendre, un vent qui a reconstruit mes terres peu à peu, jour après jour, gestes après gestes. Etre éloignée de ce qui était mon espace de travail , de ce terrain collectif toujours en construction et inventions, de cette scène où pouvait se mettre en jeu  mes capacités intellectuelles, fut d'une violence inouïe. Je reviens d'un terrain de guerre où la barbarie sévit et d'où se suicide des pairs. Je suis une survivante de l'in-hospitalier et j'en suis extrêmement heureuse ! Dans cet étrange zone de fuite où j'avais choisi de trouver abri , j'ai découvert des capacités laissées de côté, des zones de notre monde inexplorées. Alors je fus silencieuse cette année, peu certaine que mes mots et images puissent vous transmettre la beauté nécessaire à nos jours simples.


L'hiver les arbres dévoilent leurs lignes, pol , 2016-01


Aujourd'hui dans cet étrange hiver qui ne ressemble pas à un hiver, il pleut sur la fenêtre au dessus de moi. J'ai procédé au rangement de mon "tiny" bureau, jeté l'inutile pour faire place au nouveau, descendu l'écran à portée de regard afin de tenir compte de mes articulations blessées dans le combat passé - il sert si peu à soi-même de dépenser son énergie au lieu de s'adapter-. Je reviens vers cette page blanche que nous partageons souvent de manière fugace certes, mais dont il semble que nous puissions en retirer un petit quelque chose qui nous aère et nous aide à penser et ressentir.

Je ne promets pas de régularité ; le format bref d'instagram où vous pouvez me rejoindre m'est actuellement plus aisé de par sa brièveté et son instantanéité légère mais voilà je rouvre ce cahier.

Douce année à vous , qu'elle vous soit douce et tendre et aimante !

Mathurine

Happy us ! pol,  2016-01

Commentaires

Articles les plus consultés